1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

Les cycles de l’eau douce, de l’eau de mer et de l’énergie sont indissociablement liés et doivent être appréhendés dans une approche globale pour laquelle la contribution locale sera fondamentale à condition que les méthodes de gouvernance territoriale soient totalement renouvelées. Un des aspects majeurs est l’implication des scientifiques. On sait le rôle qu’ils ont joué au niveau mondial pour tirer le signal d’alarme sur les changements climatiques. Au plan local, face à la complexité croissante des problèmes urbains et à la difficulté d’établir des consensus, les élus ne peuvent plus se passer d’organiser une collaboration soutenue entre les chercheurs, les institutions et les autres acteurs de la société civile pour dégager et mettre en œuvre des « solutions », en s’inspirant de la coopération, très développée, qui existe déjà entre les scientifiques et le secteur industriel.

Marseille a une certaine expérience d’une gouvernance invitant les chercheurs à dialoguer et coopérer directement avec l’ensemble des parties prenantes des territoires, non seulement pour élaborer des politiques publiques consensuelles préparant la décision publique, mais aussi pour coproduire les projets, les réaliser et les évaluer. Ces méthodes étant encore expérimentales et peu répandues, la Ville de Marseille souhaite échanger avec d’autres collectivités territoriales méditerranéennes qui ont des expériences similaires, et encourager la diffusion de ces pratiques à d’autres collectivités.

All Details

Commitments

  • No commitments