Tags

Prise en compte, par la commune, des risques liés à l’eau (ruissellement, débordement, rupture d’alimentation …) dans le cadre de son Plan Communal de Sauvegarde

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

Le Plan Communal de Sauvegarde « PCS » est un ensemble de dispositifs, prévu par la loi française et géré par les communes, qui englobe l’information, la veille, la pré alerte des services, le schéma d’alerte et de déclenchement du plan, la coordination de l’ensemble des interventions, le retour à une situation normale, c’est à dire l’ensemble des actions permettant d’identifier, d’évaluer, de coordonner les moyens, autres que ceux de secours, pour traiter la crise.

Comments

POSSIBILITE DE RENTABILISER LE DESSALEMENT DE L’EAU DE MER AU NIVEAU DE L’IRRIGATION : CAS DU PROJET PPP DE LA PLAINE DE CHTOUKA – MAROC

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

La situation de la zone sur la côte atlantique pourrait constituer une solution pour sauvegarder l’activité agricole, et ce en faisant recours au dessalement de l’eau de mer pour augmenter l’offre hydraulique et combler le déficit en matière d’eau d’irrigation et alléger l’exploitation de la nappe.

Le projet consiste, dans le cadre d’un PPP, en la construction d’une unité de dessalement des eaux de mer sur la côte atlantique d’une capacité de 167.000 m3/j destinés à l’irrigation, d’une adduction de l’eau dessalée et d’un réseau d’irrigation sous pression (irrigation localisée) concernant une superficie de 13.000 ha.

Comments

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE POUR LA CONSTRUCTION ET LA GESTION DES INFRASTRUCTURES D’IRRIGATION : CAS DU PERIMETRE EL GUERDANE – MAROC

1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...Loading...

Le périmètre d’El Guerdane, situé dans le Souss à une soixantaine de Km à l’est de la ville d’Agadir, est connu par ses potentialités dans la production des agrumes. La surexploitation de la nappe pour l’irrigation a conduit à une raréfaction accrue de cette ressource, conduisant ainsi à une baisse de l’activité agricole et même à l’abandon de certains vergers. Pour sauvegarder ce périmètre, l’Etat marocain a décidé d’y allouer 45 millions de m3/an d’eau de surface à travers la réalisation d’une adduction à partir du barrage Aoulouz et un réseau d’irrigation.

Comments